L'Annonciation à la Vierge


L'Annonciation à la Vierge, acrylique sur bois, 25 x 20 cm, 2010-2011.


D’après l'Annonciation à la Vierge du livre d'Heures de Pellegrin de Remicourt, cette image représente l'annonce du mystère de l'incarnation et la rénovation du message de l'éternité dans le présent. L'élaboration de cette peinture a permis de revisiter le travail de l'atelier de l'Échevinage de Rouen afin d'interpréter, à Montréal, l'image de l’arrivée de la bonne nouvelle pour l'humanité.

En accord avec l'enluminure conservée dans la ville, dans un intérieur urbain, nous assistons à l'instant où l'Archange Gabriel, bénissant la Vierge d'une main, s'incline en face d'elle. Gabriel apparaît ici avec un air candide et aussi curieux. Il a des ailes flamboyantes qui se trouvent en consonance avec les couleurs de son chandail moderne et de sa chemisette à rayures. Il porte aussi un blue-jean et des baskets verdâtres, car il est encore jeune : en tant qu'être immortel, son visage et sa coiffure sont les mêmes que cinq siècles auparavant. Le style informel de l'envoyé de Dieu, avec les oreilles couvertes par ses cheveux, rappelle aussi l'apparence d'un jeune rebelle de notre époque. En effet, il semble disposé à tout pour accomplir sa tâche dans le monde. C'est pourquoi, il déroule, de sa main droite, le phylactère sur lequel on lit quelques mots de la salutation angélique : «Ave Maria, gracia plena, dominus ...».

A gauche, la sainte mère de Dieu est debout, les mains jointes, et elle est réceptive au message. Marie est habillée avec son manteau bleu traditionnel qui couvre des habits plus modernes. Un ordinateur remplace le livre sacré lu par la Vierge. Bien que Marie soit intéressée par l'écran, le message du Saint-Esprit est beaucoup plus prégnant que ceux des courriels.
De l'Annonciation à la Vierge de Pellegrin de Remicourt, la composition conserve la représentation du Saint-Esprit symbolisé par une colombe, ainsi que les deux chérubins flottant au-dessus de l'architecture, dans la partie supérieure de l'image.
Au fond de la scène, une fenêtre s'ouvre vers un paysage fluvial traversé par le pont Jacques-Cartier de Montréal. Le pont est ici symbole d'intégration du passé dans le présent, du temps cosmique de la maternité divine dans l'actualité locale.
 

No hay comentarios: