L'Annonce aux bergers


L'Annonce aux berger, acrylique sur bois, 25 x 20 cm, acrylique sur bois.


La scène de l'Annonce aux bergers du livre d'Heures de Pellegrin de Remicourt est transposée dans une esplanade avec pelouse face au parc Jean Drapeau de Montréal. On repère, ainsi, de l'autre côté du fleuve Saint-Laurent, la Biosphère et la sculpture « L'Homme » d'Alexandre Calder, œuvre commandée par la ville pour l'exposition universelle de 1967.
Dans cette interprétation de l'épisode biblique, les pasteurs s'expriment en tant que groupe de musique contemporaine. En effet, lorsque l'ange apparaît pour annoncer la bonne nouvelle, ils sont en train de répéter pour un concert à donner au Festival de Jazz de Montréal. Il s'agit d'un événement populaire, du début du XXIe siècle, avec des estrades placées dans différents lieux publics de la ville.
C'est grâce au développement de la société que ces bergers ont aujourd'hui un peu plus de temps libre pour le consacrer à des spectacles de musique qu’à l’époque où ils jouaient de la cornemuse entre eux seulement. D'ailleurs, le fait que les bergers soient aussi des musiciens modernes suggère que cette annonce pourrait survenir même chez des gens qui n’ont pas particulièrement un tempérament pieux. En outre, il semble crédible que les pasteurs ne s'attendent pas à une telle révélation, c'est pourquoi le bassiste, assis au centre de l'image, a été pris au dépourvu et se montre intéressé, mais dubitatif. Peut-être est-il sceptique devant le regard de l'ange joyeux venant donner la bonne nouvelle?
Pour sa part, le guitariste, à droite, fait une grimace, comme si dans les temps difficiles qui courent, l'apparition de l'ange était inappropriée, mais nécessaire. Les autres personnages de la scène n'ont pas été frappés encore par le message, de sorte que le batteur, le chanteur et la jeune bergère continuent d'être absorbés par leurs activités. Dans cette ambiance, le chien, qui autrefois accompagnait la jeune fille, est remplacé par un raton laveur, animal sympathique de la faune locale.


No hay comentarios: