La crucifixion


La crucifixion, acrylique sur bois, 25 x 20 cm, 2010-2011.

Cette miniature traite d'un des principaux thèmes de la vie du Christ. Sur l'image, on observe le supplice de Jésus, son corps cloué et torturé sur la croix. Le Seigneur est au milieu des deux larrons, torturés et souffrants, qui vont l'accompagner, à la fin de cette nuit obscure, dans le royaume des cieux.
Au pied de la croix, un groupe de jeunes personnes se sont réunis pour assister à cet événement cosmique. Certains d'entre eux se regardent ou prient, d'autres sont affligés, méditatifs ou parlent de cette tragédie. On comprend que ce sont des gens simples, appelés par Dieu. Par leur âge et leurs habits colorés et modernes, on pourrait penser qu'ils sont des étudiants des universités ou des élèves des lycées de Montréal.
On remarque également leurs différentes origines : natifs de l'Amérique, de l'Europe, d'Afrique, de l'Extrême et du Moyen-Orient. En effet, ce groupe de personnes pourrait représenter la richesse culturelle de la ville, formée par une variété d'individus et de communautés différentes pouvant se trouver dans une quelconque ruelle de Montréal.
Cette miniature est inspirée de la scène de la Crucifixion du livre d'Heures de Pellegrin de Remicourt. C'est pourquoi, comme dans l’image de référence, on voit, à droite de la croix, les hommes et, à gauche, les femmes. La composition conserve, également, les attitudes et les positions des personnages de la scène originale. D'ailleurs, on peut noter aussi qu'un orignal remplace le cheval et qu'un agent de police essaie de contrôler la foule à la place du soldat qui porte un casque dans l’enluminure de référence.
La scène se déroule dans un parc idéalisé de l'île de Montréal, à partir duquel on peut voir, au fond, quelques bâtiments de la Place d'Armes, notamment la basilique Notre-Dame et les édifices Aldred et New York Life. Sur la rue qui traverse l'image, à l'horizontale, on repère, pour terminer, un bus scolaire jaune, typique de la ville.
 

No hay comentarios: