La Visitation

.
La Visitation, acrylique sur bois, 25 x 20 cm, acrylique sur bois.
.
Selon l'Évangile de Luc, la Visitation a lieu à l'intérieur de la maison de Zacharie. Pourtant, cette rencontre est présentée ici dans un espace ouvert, afin de suivre l'idée de l'enlumineur de ce livre d'Heures exécuté dans le style ganto-brugeois.
En accord avec la représentation de référence, nous voyons la vierge Marie à gauche et Elisabeth à droite, au milieu d'un paysage traversé par un chemin. Marie est représentée saluant sa cousine avec les bras ouverts et Elisabeth est également sur le point d'embrasser la Vierge, tout en touchant légèrement son ventre d'une main. C'est un moment important de reconnaissance entre les futures mères du prophète Jean-Baptiste et de Jésus-Christ.
Entourée des mouettes en errance sur la route cyclable du boulevard La Salle, la Vierge apparaît ici comme une jeune femme avec un voile couvrant ses cheveux. À l'évidence, elle arrive d'un pays du Moyen-Orient. Par contre, Elisabeth, plus âgée que sa cousine, habite au Canada. Sa coiffure et ses vêtements lui confèrent un air jeune.
Dans cette interprétation du thème de la Visitation, à droite de l’image, nous voyons quelques maisons modernes. On a substitué aux maisons flamandes de la Renaissance, de l'enluminure d'origine, des logements carrés à deux étages, parmi lesquels se détache un immeuble en briques foncées. C'est une construction fréquente dans certains quartiers de Montréal.
À gauche de l'image, on voit le fleuve Saint-Laurent avec quelques bâtiments sur l'une de ses îles. Cette présence de l'île sur l'image évoque la scène de la Visitation, tiré du Livre d'Heures, ms. 9, peint par un enlumineur du Hainaut, manuscrit conservé aux Archives des Jésuites au Canada. Dans ce manuscrit, il y a une délicate représentation d’une rivière avec de nombreux îlots au loin.
Pour finir, on observe, sur la bordure, une décoration avec une séquence de fleurs de lys et en bas, au centre, deux anges tiennent l'écu de la ville de Montréal avec ses symboles.
 

No hay comentarios: